Gestion du pH

Le pH (Potentiel Hydrogène) est le rapport acidité/alcalinité d’un solide ou liquide quelconque. Le pH s’exprime avec un chiffre allant de 1 (acide) à 14 (alcalin). le pH neutre étant 7. 

Le substrat (ou la terre) ainsi que l’eau d’arrosage ont donc un pH qui doit être adapté aux cultures envisagées. Les plantes ont leurs préférences. Certaines sont plus acidophiles que d’autres (voir les plantes de terre de bruyère qui adorent les terres et terreau de feuilles acides), quand d’autres supportent mieux les milieux alcalins comme la vigne qui vit en terrain calcaire. Les micros-organismes responsables de la transformation des nutriments dans la terre (humus) sont aussi contrariés par un pH non adapté. La plupart des plantes vivent dans des milieux ayant un pH compris entre 5.5 et 7.5. Un pH de 6 semble une moyenne acceptable pour une majorité de plantes et permet une meilleure assimilation des phosphates et des micros-nutriments. Les boutures s’enracinent moins facilement avec un pH trop élevé (>6).

L’eau de ville est rarement acide. Très souvent neutre (pH=7), il peut arriver qu’elle soit chargée en calcaire et ait un pH de 8,5 et plus. Elle est souvent “enrichie” en Chlore. Les plantes le supportent, mais en très faible concentration. Une bonne méthode pour avoir une eau d’arrosage de qualité consiste à puiser cette eau à l’avance et la laisser reposer 24 heures. Elle va ainsi éliminer le chlore par évaporation. Vous pourrez alors régler son pH après avoir ajouté des engrais. Les engrais liquides sont acides et font baisser le pH.

Remonter le pH : Au cas où l’eau de votre robinet est trop acide, le pH plus (pH up : liquide alcalin) permet de remonter la valeur du pH. 
Baisser le pH : Pour faire baisser le pH de l’eau, une légère dose de pH moins (pH down : liquide acide), fait l’affaire. Par exemple: pour 20 litres d’eau du robinet à pH 7, 3 millilitres de pH moins font descendre le pH vers 6,5.

Nos conseils d’utilisation :
Verser les produits correctifs (pH moins, pH plus ) dans beaucoup d’eau et non le contraire. Vous vous exposeriez à des brûlures. L’eau versée dans une base ou un acide concentré peut “bouillir” instantanément et projeter des gouttes partout autour. En cas de projection accidentelle sur la peau, rincer immédiatement à grande eau. 

Quand vous ajoutez du pH moins à votre eau, il va d’abord se lier aux molécules alcalines. Quand la majeure partie est transformée, l’action de votre correcteur de pH devient d’un seul coup plus importante. Il ne trouve plus de molécules auxquelles se lier. La valeur du pH descend alors beaucoup plus vite malgré le fait que vous ajoutiez moins d’acide. Il vous faudra donc procéder avec prudence lors d’une première correction et vous souvenir des quantités utilisées. Par chance, le pH des eaux potables est très constant et les quantités de correcteur de pH que vous ajoutez devraient en général peu varier au sein d’un même endroit. 

On trouve plusieurs types de testeurs pour mesurer le pH d’une solution : test liquide spécialisé pour l’hydroponie, bande réactive colorée de laboratoire (papier tournesol) testeurs d’eau de piscine, de terre de jardin et les modèles électroniques actuellement les plus pratiques.

 

Dans tous les cas, un testeur électronique de pH est utile et constitue un investissement rentable. 

Pour bien choisir un testeur de pH, s’assurer de plusieurs points :
– 2 points de calibration à pH4 ou pH10 et pH7 
(laisser la partie active d’une électrode neuve 1 heure dans de l’eau avant de calibrer le testeur)
– Electrode de qualité : permet la stabilité des mesures dans le temps
– Electrode interchangeable facilement et disponible sur votre point de vente
– Bonne visibilité de l’afficheur
– Nombre de piles (si alimentation par piles)

Pour bien maintenir un testeur de pH :
– Après chaque usage, rincer soigneusement la partie active de l’électrode à l’eau du robinet
– Laisser quelques gouttes de liquide de stockage (sinon de l’eau du robinet, pas d’eau distillée !) 
dans le capuchon avant de le remettre sur l’électrode.
– Ne jamais laisser sécher l’electrode. Si cela arrive, refaire un calibrage comme pour une électrode neuve.

Comment détecter une électrode en fin de vie ?
– Impossible à étalonner à pH4 ou pH10, l’afficheur n’atteint plus ces valeurs avec le liquide d’étalonnage.